proses - histoires et autres

Proses -- Mostefa Ben Brahim barde du 19°siècle de l'ouest Algérien

Proses

Mostefa Brahim dans Galbi tfakkare lautân

Pièce XXXI Hedda I frach 1 – 4 Hedda VI Frach 6
13- Mon coeur évoque la patrie ; les divertissements et les parades à cheval (…/…)
25- Je regrette les tribus que compte (la confédération des) Béni Amer , demeurant (loin de moi) , par delà le Jîdar.
26-Delà jusqu’au environ de Mascara , ils s’étendent le long de la mer.
27-Prend la route qui mène au Djebel Antar , là habitent les H’myyân , arabes belliqueux.
28- Passe à l’ouestd es chotts et avance rapidement ; tu auras circonscrit le territoire des Oulad N’Hâr.
36- (Citons aussi les Oulad Brâhim , ainsi que les Oulâd Ali , et les Ghraba , farouches adversaires , les Zmala qui ont le culte de l’honneur et les Douaïr d’Oran ;
37-Les Borddji-s , Les beni Chougran , et les H’achem , pleins d’ardeurs.Ce sont des Adjouad , orgueilleux , dans leur fierté pareils à des aigles.
38- (Et aussi) les Oulad Khaled , les H’assasna , les Oulâd Brâhim , Les Zdama et les Beni Meryana , qui savent monter vigoureusement l’assaut.
39-(Citons encore) Les Flitta, les Akerma , Les Mjaher , le pays des M’hall et les Beni Ghaddou. (…/…)


Echeikh Hadj Khaled Ould Ezzine Mihoubi a chanté les tribus

Quant à ces tribus elles-mêmes , un document daté de 1835 , donne , pour quelques-unes , des renseignements intéressants concernant leur force et leurs chef :
• Béni Ghaddou : 300 cavaliers , 1000 fantassins , chef Djilali Belarbi
• Oled Farès : 300 cavaliers , 700 fantassins , chef Sidi Maamar Ould El Hadj Heni
• El-Kraiche : 1000 cavaliers , 2000 fantassins , chef Ould Kaddour El Aama
• Ouled Lakrad : 2000 cavaliers , 4000 fantassins , chef Ould Mohamed ‘Ouda
• Beni Lent et Maassem : 600 cavaliers , 1200 fantassins , chef Benfriha
• Ouled Cherif: 2000 cavaliers , 4000 fantassins , chef El Hadj Djillali Ben Fghoul
• Beni Median et Akerma : 400 cavaliers , 1000 fantassins , chef Mohamed Ben

Naj’a Ouled Chrîf yendhkar , el’azz oul ouqar , tahhâgîn rhîl men kân tâli ---Bennejda oul joud oul qdar , thraît Makhzoum dhouk houma mhâli ---Bni Madiân ma’a el ‘Afâfna , essoul ou echchna , nabbâchîn el khail bechbour esstâli –Marhaba behdhaif kâïna, jâdou beljoud nâs korma mouâli ---Bnî Lent ma’a la’aouisât , men dahr fât , labbâsin el jrîd oul kamkha touâli – yabghou ledhdâd oul mchâhnât , châ’a khbarhom fi njou’a ettlâli --- Ouled Lekrad mhâl jâdou , kân ‘ammdou , mathl el barâmîk ma tkoudha el bdhâli –Naqma lel korrâh oul’adou , bel ‘alm ou qor’ân tâg mahnoun ‘âli –Halouia ou krâich echchna , el fouz oul ’ana , no’ara lelmadhioum fi htâm elliâli --- Nâs el khasla oul mchâhna , harrâsîn groun men tâh ‘âli --- Bni Ghaddou ou Oulâd Fâres , el’ardh ma nqas , befrâch el mabthouth fel khba ou ezzmâli --- Bahrîr el kamkha tnâfes , oul qîtân elli ‘azâr fessoum ghâli

(traduction)
La tribu des Ouled Cherif est remarquable.Elle est auréolée de prestige et inspire le respect --- Ils aident les retardataires à rejoindre le gros de la caravane --- Ils possèdent la bravoure , la générosité , et jouissent de la considération , ces descendants des Beni Makhzoum , ce sont eux ma tribu .Les Beni Median et les Afafna , allient la puissance et le prestige. --- Ils balafrent les flancs des chevaux avec des éperons ouvragés --- Le mot de bienvenu est toujours sur leur lèvre quand surviennent les invités , ils font montre de grandes largesses , ce sont des gens de grandes générosité , des seigneurs --- Les Béni Lent et les Aouissat , depuis toujours , portent des étoffes fines et des tissus de soie damassée , ce sont d’ardents batailleurs , leur réputation est bien établie parmi les tribus du Tell --- Les Ouled Lekrad alignent des contingents de nobles chevaliers , quand ils s’engagent dans le sentier de la guerre , à l’instar des Barmécides , ils dépensent sans compter , ils remplissent de dépit leur détracteurs et leurs ennemis , Mahnoun est un pic de sciences religieuses --- Les Halouias et les Kraichs prestigieux , sont l’avant-garde des tribus et un asile sûr .Ils prennent fait et cause pour l’opprimé dans la chaleur torride des combats nocturnes . Ils font des prouesses dans les rencontres .Ils savent rabattre le caquet de celui qui se gonfle d’orgueil--- Les Beni Ghaddou et les Ouled Farès , toujours aussi dignes , avec leur tapis étendus dans les tentes et les campements , ils rivalisent d’élégance avec leurs habits en soie damassée , leurs costumes de grande classe , achetés à prix d’or…

Le discours universel de Minotschehr

Minotschehr fut roi du monde à l’ère des Prophètes « Choaib et Moise » , il avait sous son autorité l’ensemble de l’Asie , l’Europe et le Maghreb , il n’y avait que l’Egypte qui était toujours sous autorité des Pharaons ,  Minotschehr descend d’Iradj fils d’Afridoun , les Turcs repassèrent de nouveau le Djihoun rompirent le traité et s’emparèrent d’une partie du royaume de Minotschehr , ce Roi frappé de l’état des choses assembla tous les chefs de l’armée et leur demanda d’appeler tout le peuple pour une assemblée le lendemain ,

 Le lendemain , Minotschehr ordonna que tous eussent à s’assembler , armée et peuple , grand et petits .Il fit assoir chacun à la place qu’il devait occuper d’après son rang .Pour lui , il s’assit sur le trône et mit la couronne sur sa tête .Il fit asseoir sur un trône d’or le Mobed des Mobeds , qui était le plus grands de tous les Mobeds et de tous les savants de ce temps-là .Ensuite il se leva , et toute l’assemblée avec lui. IL dit : Asseyez vous , car , pour moi , je me suis levé afin que vous me voyez et que vous entendiez mes paroles .Après cela , il prononça un discours et adressa des conseils à toute l’assemblée , en disant ; Ô hommes , ces créatures si nombreuses que vous voyez ont toutes un Créateur unique . Les biens qui arrivent à ces créatures viennent du Créateur , et c’est lui qui a formé les créatures . Il faut adorer le Créateur , le louer pour ses bienfaits , et se livrer à son destin , car tout ce qui doit arriver arrive infailliblement . Or il n’y a rien de plus faible que la créature ; si la créature cherche une chose,elle ne la trouve pas.Le Créateur est lus fort et plus puissant que qui que ce soit , et la créature est plus faible que quoi que ce soit , . En effet , ce qu’elle cherche , elle ne le trouve pas , et , lorsque Dieu le cherche , il la trouve , et elle ne peut se soustraire à la puissance de son Créateur. Réfléchir sur les œuvres du Créateur augmente la lumière de la créature , et ne pas réfléchir sur les œuvres du Créateur augmente pour la créature les ténèbres du cœur. L’ignorant est celui qui se perd toujours dans la route qu’il suit , et qui persiste cependant à suivre cette même route . Ceux qui nous ont précédés ne sont plus , et ils nous ont transmis le monde ; nous n’avons qu’à marcher sur leur trace . Nos ancêtres sont à notre égard comme la racine de l’arbre , et nous sommes à leur égard comme la branche de l’arbre . Quand on arrache la racine de l’arbre , la branche ne peut pas subsister . Et nous aussi , comment subsisterions-nous dans ce monde , après nos ancêtres , si ce n’est en agissant comme ils ont fait ?

 Or Dieu , dans munificence , nous a donné ce royaume . Nous célébrons ses louanges et nous le demandons qu’il nous maintienne dans la droite voie et qu’il affermisse notre cœur  dans la vérité , afin que nous sachions que tout ce que nous voyons vient de lui , et que nous devons retourner vers lui.

Sachez que le roi a des droits sur l’armée et sur le peuple , et que l’armée et le peuple ont des droits sur le roi.Les droits du roi  sur l’armée sont les suivants : L’armée doit obéir au roi , lui prêter son secours et combattre ses ennemis , afin de les éloigner de sa personne et de lui conserver la royauté . Les droits  de l’armée sur le roi sont les suivants : Le roi doit fournir aux guerriers  leur nourriture quotidienne et  les revêtir de robes d’honneur , et cela en temps convenables et sans retard . Les guerriers sont à un roi ce que les ailes et la queue sont à un oiseau . Un oiseau sans ailes et sans queue n’est bon à rien et ne peut voler . Lorsqu’on arrache à un oiseau ses ailes , il ne peut plus rien faire , il n’est bon qu’à être mangé .les droits du roi sur le peuple sont les suivants : Le peuple doit obéir au roi et cultiver les terres ; afin de pouvoir payer les tributs et de les payer sans retard .Les droits du peuple sur le roi sont les suivants : Le roi doit traiter le peuple avec justice , et ne pas lui faire d’injustice .Il doit lever sur lui les tributs avec bonté et humanité et ne l’opprimer en aucune façon. Il ne doit pas établir sur le peuple des hommes injustes , ni lui commander des choses qu’il ne peut pas faire.

Mais , si les sujets du roi s’occupent de rendre l’empire florissant , et qu’ils aient besoin de semences et d’argent , le roi doit les aider de ses propres richesses . Et si une ville éprouve un malheur qui provienne des influences célestes , et que cette ville perde sa récolte , le roi ne doit pas cette année-là  recevoir de tributs des habitants  et il ne doit pas non plus en recevoir l’année suivante , afin que ces gens cultivent leur terres avec l’argent du tribut. Or toutes les fois que le roi demandera le tribut , il devra lever de manière que le peuple ne soit pas ruiné .

 Or sachez que le roi doit avoir trois qualités : la première , d’être sincère et de ne pas dire de mensonges ; la seconde , d’être généreux et de ne point se montrer avare ; la troisième , de ne point se mettre en colère . En effet , toutes les créatures sont placées sous la main et l’autorité du roi , qui est leur maître et peut leur faire tout ce qu’il lui plait . Il ne faut donc pas que le roi excite la colère de ses sujets , car la colère qu’on aura contre le roi augmentera les forces de ses ennemis . D’ailleurs la colère n’est point nécessaire au roi , qui peut faire et ordonner tout ce qu’il veut sans colère. Or il faut que le roi donne aussi à ses sujets de tout ce qu’il possède en biens , en richesses et en denrées . le roi doit considérer ces choses comme appartenant à ses sujets , et les employer convenablement pour eux , excepté celles qui ne sont pas utiles au peuple . Le roi doit agir de même pour tout le reste , et ne se réserve aucune chose à l’exclusion  de ses sujets . Ainsi il ne doit pas dire : Ne mangez pas d tel aliments , afin qu’il n’y ait que moi qui en mange ; ne buvez pas de telle boisson , ne sentez pas telle herbe odorante iou ne portez pas tel habillement , car toutes ces choses sont réservées pour mon usage particulier .

 Il faut aussi que le roi soit toujours porté à la clémence et qu’il punisse peu .Lorsqu’il y a lieu de pardonner , qu’il pardonne ; et lorsqu’il faut punir , qu’il punisse . Mais, s’il faut punir et qu’il pardonne par erreur , cela vaut mieux que s’il fallait pardonner et qu’il punit par erreur , car alors le mal est fait et il n’est plus possible de le réparer. Il faut encore que , si un sujet porte plainte au roi contre un gouverneur en disant , Ce gouverneur a commis une injustice , le roi doit réparer l’injustice commise au préjudice de son sujet ; et si le gouverneur a pris injustement quelque chose à ce sujet , le roi doit faire restituer par le gouverneur ce qui a été pris , et le réprimander ensuite , afin qu’il ne commette plus le même crime . Ce gouverneur doit encore être renvoyé par le roi dans le même pays , pour réparer ses torts . Si l’on tue quelqu’un injustement , il ne faut pas que le roi pardonne au meurtrier , mais au contraire qu’il lui fasse subir la peine du talion , à moins que les parents qui ont le droit de venger le sang ne pardonnent  au meurtrier . Ainsi le veulent la justice et l’équité des rois. Vous avez le droit d’exiger de moi toutes ces choses , et je les ai accomplies . Maintenant je vous demande ce que j’ai le droit d’exiger de vous , savoir : que vous prêtiez obéissance , et que vous combattiez l’ennemi Qui convoite mon royaume et qui , passant les frontières , est entré sur mon territoire . Combattez cet ennemi ; sauvez-moi et sauvez-vous vous-mêmes . J’ai accompli toutes les choses que je vous ai dit que vous aviez le droit d’exiger de moi , et j’ordonne que l’on vous remette de bonne armes. C’est à moi de vous donner des armes , et à vous de faire la guerre . Toute résolution que vous prendrez , je l’adopterai ; vous , de votre côté , agissez comme je vous conseille d’agir , car je suis un de vos associés dans cette délibération . Je ne veux rien de cet empire que la renommée et l’obéissance . Si les denrées ne manquent pas , si le pays est florissant , s’il ya beaucoup de richesses , si els vivres sont taxés à un prix modéré , vous avez à tout cela un intérêt plus grand que je ne puis l’avoir ; et je me contente de votre obéissance . Quiconque m’obéira je le récompenserai ; et quiconque me fera connaître que quelqu’un ne m’obéit pas et m’est opposé , je mettrai le dénoncé au nombre des opposants ; mais je n’admettrai pas la déposition et je punirai point, tant que je n’aurai pas reconnu la vérité par moi-même ; lorsque je l’aurai reconnue et qu’il sera certain que celui dont il s’agit est désobéissant , alors seulement je le rangerai parmi ceux qui désobéissent.

 Or sachez que dans le malheur il n’y arien de malheur que la patience . Sachez aussi que tout ce qui doit arriver arrivera , et que , si quelqu’un est tué en combattant l’ennemi avec courage , Dieu sera satisfait de lui . Abandonnez vous donc à Dieu et Soumettez vous à votre destin ; en effet , si vous ne vous y soumettez pas , que pourrez vous faire ou pourrez vous fuir  ce qui doit arrivez ? Ce monde est un voyage , et , les ballots étant arrangés , les hommes se mettent en route . Tout ce qu’ils ont avec eux leur est prêté , et les  prêts ne  sont pas une chose durable . Ces voyageurs n’emporteront rien dans le palais de la vie future , excepté les actions de grâces qu’ils auront rendues à Dieu pour ses bienfaits , la soumission au destin et les bonnes actions qu’ils auront faites . Or il n’y a pas d’autre moyen que de se soumettre et de s’abandonner à Dieu . Sachez que vous ne pouvez pas le fuir ; et que vous n’avez d’autre protecteur que lui . Toutes les fois que votre intention sera dirigée vers Dieu , cela sera bien . Sachez que personne excepté lui , ne donne la victoire . Sachez aussi qu’il n’est pas possible d’exercer la royauté , si ce n’est pas la droiture d’un côté , et l’obéissance de l’autre  . Toutes les fois qu’un roi suit la droite voie , l‘armée et le peuple lui obéissent , la justice est rendue , l’ennemi est brisé , et les frontières du royaumes sont défendues . Tout ces avantages sont entre vos mains . Si vous m’obéissez et que vous combattiez  l’ennemi , moi , de mon côté , je devrai suivre la droite voie et rendre la justice . Dieu nous prêtera son secours , à moi et à vous. Vous qui êtes mon peuple et mon armée , mettez en pratique ce que j’ai dit ; et vous qui gouvernez pour moi , soyez justes à l’égard de ce peuple , ne lui faites pas d’injustice ; car c’est ce peuple qui me fait vivre , il est ma nourriture et ma boisson .

 Ô vous qui gouvernez pour moi ,  toutes les fois que vous commettez des injustices , le peuple ne s’occupe plus de cultiver les terres , et l’empire devient désert ; les tributs sont réduits à rien , et la rentrée de votre subsistance journalière éprouve des retards . Ainsi rendez ce peuple heureux au moyen de la justice ; et , dans tous les endroits où il faudra , pour le fertilité du pays , pratiquer des saignées aux grandes rivières et recourir aux eaux souterraines , qu’on le fasse. Les sommes qu’il faudra dépense , qu’on les prenne dans mon trésor et qu’on les donne vite , avant que la stérilité augmente , avant que ce qui est petit devienne  grand et que ce qui est peu de chose devienne considérable . Tout ce qui sera dépensé pour le peuple , il faudra en demander plus tard le, montant. Lorsque mes sujets manqueront d’argent , on en prendra dans mon trésor pour le leur prêter , afin qu’ils cultivent les terres ; et ensuite , à l’époque de la récolte , on reprendra le montant du prêt qui ara été fait ; et, s’ils ne peuvent le rendre en un an , vous recevrez d’eux ce montant en deux ans , en trois ans , en quatre ans ; chaque année un quart , un tiers , ou une moitié , de manière que cela ne leur soit point à charge et que leur position ne devienne pas mauvaise.

Telle est la route que j’ai suivie , et tels sont les ordres entendu n nous comprenons et nous obéissons .Minotschehr dit : Ô Mobed , soit témoins des paroles que nous avons prononcées , et conserves-en la mémoire ; et tout ce que tu m’as entendu dire aujourd’hui , demande-m’en l’accomplissement . Après cela , il se rassit sur son trône , ordonna qu’on étendit des na ppes et fit donner à manger à tout ce peuple , qui ensuite se dispersa

Ajouter un commentaire

Vous utilisez un logiciel de type AdBlock, qui bloque le service de captchas publicitaires utilisé sur ce site. Pour pouvoir envoyer votre message, désactivez Adblock.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×